J’imagine

Kyoto, un soir. Camera : Ivan Pavlov / Music : Ma Cerise

Si seulement t‘étais d’un nouveau monde, comme moi je viens d’une autre histoire
Tu reconnais les jours de pluie, et moi les fleurs, les sons, la nuit
Tu pourrais me suivre à l’aéroport, me prendre la main, me jeter un sort
À l’encre bleu, à la poussière, nos aventures en solitaire

On n’imagine pas, moi j’imagine, le roman du soir, moi j’imagine
J’imagine un peu j’imagine trois quatre, j’imagine l’histoire d’une image
J’imagine à la fois, j’imagine, j’imagine l’histoire d’une autre vie

Un baisé volé dans un ascenseur, l’amant sauvé, d’un mal de cœur
Aux hommes pressés, sous somnifère, qui raisonnent en affaire
Je préfère te voir à l’aéroport, à contrejour, sans coffre-fort
À rêvasser, à l’ordinaire, au-delà des réalités